1 conseil/semaine où je vous apprends à construire un business individuel résilient et maintenable

J'aide les freelances et solopreneurs aspirants ou établis. Inscrivez-vous, c’est gratuit. Je partage mes expériences, mes recommandations. Garanti sans spam ajouté.

7 stratégies à suivre pour vous former idéalement


Publié le 16 mai 2017

Tu le sais comme moi, ce monde change rapidement, et de manière radicale. Si on ne se forme pas continuellement, si on évolue pas avec les changements technologiques et les mutations sociales, on se retrouve assez rapidement avec des insuffisances, à subir. Il faut nous faut suivre un apprentissage continue.

Ce qu’on apprends à l’école (enfin je dis « on » mais je n’ai même pas le bac) ne suffit pas pour évoluer le restant de sa vie. C’est à chacun de faire son propre apprentissage.

L’école a de bien qu’elle vous donne un savoir structuré. Ça m’a d’ailleurs manqué parfois. Je suis autodidacte, j’ai lu pas loin de 200 livres en 5 ans (tu peux voir mes meilleurs recommandations ici), et je pratique ce que j’apprends par moi-même. Mais même quelqu’un passé par l’école supérieure a besoin de continuer à apprendre par lui-même ensuite. Ce qu’il apprendra en faisant sa propre éducation lui sera plus utile même.

On doit faire son éducation soi-même pour créer une vie selon ses propres termes et arriver à endroit où on a un potentiel a bien gagner notre vie à l’épreuve des circonstances, peu importe les changements, les déconvenues, les échecs que nous rencontrons.

Voici quelque stratégies pour suivre un apprentissage idéal que j’ai tiré de lectures de maîtres à penser et de mes expériences.

7

1. Ayez un état d’esprit de développement

Le premier blocage qui empêche qu’on devienne plus intelligent, meilleur, il est psychologique.

Dans son livre Changer d’État d’Esprit, Carol Dweck parle des 2 types d’états d’esprits. On a soit l’état d’esprit fixe, soit un état d’esprit de développement.

Et ça n’a rien à voir avec le talent ou l’intelligence naturelle. On peut être doué, très intelligent, et penser que nos capacités sont figés, ne jamais progresser et se faire dépasser par des gens qui ont bien moins de capacités mais qui ont l’état d’esprit de développement. Un exemple de Carol Dweck m’avait marqué. Elle parle notamment d’un enseignant américain qui a réussi à transformer une bande de cancres d’un milieu défavorisé en meilleure classe de mathématique des États-Unis. Vous pouvez influencer les autres à avoir l’état d’esprit de développement. En les complimentant et mettant en avant leurs efforts plutôt que leur talent et leur intelligence, vous les placez dans un état d’esprit de développement.

Tu peux devenir plus intelligent. Mais si tu crois que tes capacités sont figées et que tout effort pour changer est en vain, tu ne te développera pas.

2. Acceptez de gagner moins pour apprendre plus

J’ai beaucoup appliqué ça en freelance (peut-être parce que j’avais pas vraiment le choix d’ailleurs). J’ai plusieurs fois pris des projets un bon cran au dessus de mes compétences. Je savais me vendre, j’en rajoutais un peu sur mes compétences, et je me vendais à un tarif très agressif. Après avoir travaillé 70 heures par semaine, le soir aussi, je rendais le travail fini à mon client. Épuisé, avec des fins de mois difficiles, mais j’avais tellement appris de l’espace de 20 jours ou 1 mois.

Certains disent qu’il ne faut pas travailler gratuitement. Moi je pense que ça peut être une bonne idée. Tu peux par exemple travailler pour une startup à tarif réduit, ou gratuitement. Ce que tu apprends dans cet environnement vaut énormément.

Ce qui est très important ce n’est pas combien on gagne, c’est ce qu’on apprend dans la situation où l’on est.

J’étais conducteur de bus avant, la paye était confortable, une des meilleures des paye que je pouvais avoir à ce moment de ma vie, moi non-diplomé n’ayant fait que des petits jobs. Mais durant 4 ans je n’ai rien appris, et le réveil a été brutal quand j’ai été licencié. J’ai passé des années à créer une nouvelle carrière, à lire, à me former, à travailler pour des salaires de misère, pour développer mes compétences. Durant ce temps-là j’étais tout le temps fauché, j’ai même été au RSA. Mes parents m’ont aidé financièrement. Mais aujourd’hui j’ai la capacité à gagner bien plus que dans ma vie d’avant. Et je peux faire ce que j’aime en indépendant surtout!

3. Élargissez vos horizons

Quand on reste focalisé sur le même domaine, on a un peu les mêmes idées que tout le monde dans son domaine. Alors que si tu t’intéresses aussi un peu à d’autres domaines, tu vas avoir des idées, et vision plus vaste des choses à laquelle les autres de ton domaine ne vont pas penser.

Je suis moi très intéressé par le business, tu l’as compris, mais je lis aussi un peu sur tous les sujets. L’histoire, la philosophie, des biographies, des fictions aussi. Lire un peu sur tout vous aide à devenir meilleur dans votre domaine de prédilection, à avoir une vision du monde plus vaste, et faire la connection entre les savoirs des différents domaines.

4. Apprenez de vos échecs

Je crois qu’il n’y a rien de mieux qu’un bon gros échec, qui fait mal, qui vous coûte de l’argent, du temps, moralement éprouvant, pour apprendre une bonne leçon qu’on va assimiler profondément.

Sur le coup ça fait mal, mais c’est parfois en fait salvateur en fait si on analyse l’échec comme il faut. Moi j’ai toujours franchi un palier en business après un échec douloureux que j’aurais mis peut-être beaucoup plus de temps à franchir sans cet échec. Exemple un projet web manqué, où j’ai du rembourser mon client. C’est arrivé.

5. Dépassez la souffrance et la résistance

Il y a une dizaine d’années Steven Pressfield a sorti un livre qui fait souvent parler de lui dans le milieu entrepreneurial et des créateurs. Le livre c’est la Guerre de l’Art, et c’est rempli d’exemples qui parlent de ce phénomène que nous « faiseurs » rencontrons tous: la résistance.

La résistance c’est ce que vous ressentez quand vous vous asseyez à votre bureau pour créer, et que vous procrastinez. Que vous vous auto-flagellez en vous diminuant. C’est la page blanche. C’est la peur de créer car vous avez peur de réussir, ou d’échouer, ou peur de l’incertitude du futur que votre travail pourrait générer. C’est se reposer sur vos lauriers, et ne pas arriver aller plus loin. La résistance c’est tout ça.

Donc le principe c’est d’aller à contre-courant de vos tendances naturelles. Résistez à la tentation de vous ménager, par flemme ou parce que vous pensez que vous maîtrisez déjà bien votre domaine. Jugez votre travail avec sévérité. Reconnaissez vos faiblesses. Fixez-vous une deadline serrée même pour vos propres projets personnels.

Les résultats ne tarderont pas, avec cet entrainement bientôt les autres seront étonné par votre aisance à accomplir le travail.

6. Soyez « vraiment » focalisé

Dans son livre Focus, Daniel Goleman, Ph.D, explique durant 400 pages que c’est quand on est focalisé profondément, et uniquement là, qu’on assimile, qu’on développe nos compétences.

C’est là que cela renforce les circuits neurones que vous utilisez. Alors la fois d’après vous utilisez vos circuits neuronaux avec plus d’aisance, moins d’efforts.

Et dans ce monde où on est toujours interrompu, où il y a Twitter et YouTube à un clique de sourie pour une vidéo, un flux d’actualité, où c’est facile d’être continuellement dans un état de semi-distraction. Celui qui sait se focaliser mieux que les autres gagne.

Moi qui suis codeur je dois me bloquer de larges plages de temps de plusieurs heures ininterrompues, non-stop, sans interruptions, sans distractions, sans une petite vidéo YouTube, sans répondre à un email, sans changer de sujet, sinon je n’arrive pas à résoudre les problèmes. Sinon je perds le file de mes pensées, et je n’arrive plus à me représenter mentalement le problème que j’essai de résoudre. Il n’y a que je suis vraiment focalisé durant de larges plages de temps que je deviens un meilleur codeur, que mon code devient de meilleur qualité, plus simple, moins bugué.

Pas de focalisation de qualité, pas d’apprentissage. Imagines à quel point tu pourrais progresser dans ta vie si tu améliores la qualité et la durée de ta focalisation.

D’ailleurs quand vous êtes un indépendant, c’est un grand atout. Vous êtes en position de mieux éviter les distractions qu’un salarié constamment interrompu, entouré de collègues.

7. Devenez meilleur en d’orthographe, en grammaire et syntaxe

J’ai lu ça il y a quelque jours. D’après un article publié sur le journal Le Monde, une étude du CNRS sur des étudiants universitaires a démontré qu’il y a une corrélation entre ceux qui améliorent leur maîtrise de la langue et leur amélioration dans l’ensemble des disciplines, aussi bien littéraires que scientifiques. Intéressant non?

C’est tout. 8 stratégies simples pour suivre un apprentissage idéal, et prendre ou rester sur le chemin de la maîtrise et de l’excellence.

Je te recommande au passage vraiment les livres que j’ai cité!

Passes une formidable semaine,


Vous avez aimé cet article? Ici, un autre:

10 puissantes leçons que j’ai aimé tirées de « Tools of Titans »