1 conseil/semaine
pour construire
un business toujours meilleur

J’aide les freelances et indépendants à construire un solide business long terme et créer une vie selon leurs termes. Abonnez-vous!

6 compétences douces faisant une différence pour réussir avec votre business

Publié le 29 octobre 2017 / Écrit par Julien Lucas

On vend nos compétences dures. C’est ce qui rapporte. Mais les compétences dites douces sont aussi extrêmement importantes.

En fait, à compétences égales entre un freelance et un autre, les compétences douces (comme être aimable, ou l’intelligence émotionnelle), ça peut faire la différence entre un client qui vous réembauche et un client qui ne prolonge pas et préfère choisi un autre freelance.

Je voulais juste partager quelques compétences qui me semblent très importantes pour réussir à avoir des clients, à travailler avec eux, à faire que les projets se déroulent bien, à obtenir ce que vous voulez, globalement à avoir du succès avec votre business.

1. L’écriture business

C’est quoi l’écriture business? C’est apprendre à communiquer spécifiquement, et en supprimant tout mot non-nécéssaire — ce qui ne veut pas dire communiquer trop peu. Avec des messages clairs vous passez pour plus intelligent et cela rend vos arguments plus persuasifs.

Faites de l’humour. N’écrivez pas de manière passive, ça fatigue le lecteur, et ça détruit le timing de votre humour.

6

Si tu veux que les gens te perçoive comme intelligent, persuasif et avec de l’humour, je te recommande d’apprendre l’écriture business. Lisez un livre sur le sujet, par exemple: Writing Without Bullshit: Boost Your Career by Saying What You Mean, de Josh Bernoff (je l’ai pas lu, mais j’en entend du bien).

2. Une bonne grammaire

On fait tous quelques fautes d’orthographes, c’est humain. Mais peu importe à quel point vous êtes éduqué, si votre grammaire n’est pas bonne, les gens penseront que vous êtes un niais. Même

quand vous êtes sur Slack ou une messagerie de collaboration comme Redmine ou Mantis (pour les codeurs qui connaissent), soignez votre grammaire. C’est pas le pire défaut que vous puissiez avoir, mais c’est facilement corrigable, et le ratio effort/récompense est excellent.

3. Comprendre la psychologie humaine

L’humain a plein de biais cognitifs. Si vous savez ce qu’il se passe dans la tête de vos interlocuteurs, c’est un gros atout. Je veux dire par là que si vous rentrez dans le jeu des gens dès que leur cerveau bug, vous allez y perdre. Voici une liste Wikipedia des biais cognitifs. De longues heures de lecture en perspectives pour toi. Ne me remercie pas.

4. Savoir leader et suivre

Avant, avec les équipes avec lesquelles je travaillais en agence, je n’osais pas trop leader, maintenant je prend plus d’initiatives et je sais persuader les gens à me suivre sur une tâche, une idée du projet.

A l’inverse il faut aussi savoir suivre. Quand vous savez leader et suivre, ça donne de bonnes dynamiques de travail et tout le monde se développe et est investi au travail.

Livre recommandé sur le sujet: Les 21 Lois irréfutables du Leadership, de John C.Maxwell.

5. Comprendre l’économie et le business

Les choses dans le monde du travail sont vues à travers la grille de lecture les réalités économiques. Il est donc important de comprendre un peu comment tout ceci fonctionne.

Comprendre votre réelle valeur économique suivant l’entreprise pour qui vous travaillez. Comprendre à quel point vous êtes dispensable ou indispensable. Comprendre les forces de l’économie.

Je te recommande de visionner cette vidéo très bien faite (30 minutes): How the Economic Machine Works Animation by Ray Dalio. Pour que tu comprennes les principes du business: Le Personnal MBA, de Josh Kaufman (248 concepts, 1-2 pages par concept).

6. Persuader

Nous sommes tout le temps en train d’essayer de persuader les autres. Est-ce que ça ne serait pas une bonne idée d’apprendre à mieux persuader?

La persuasion est une compétence puissante à utiliser judicieusement, et évidemment il faut persuader avec éthique. Voici quelques mots et phrases persuasives:

  • Parce que
    Des études par le psychologue Robert Cialdini ont montrées que les gens sont plus coopératifs quand vous demandez une faveur en donnant une raison (même si cette raison a peu ou pas de sens d’ailleurs).
  • Je ne fais pas ça
    Vous ne donnez pas de raison, et n’essayez même pas paraître en donner.
  • J’ai une règle
    Un peu comme la technique précédente. Exemple: « J’ai pour règle de fractionner mon paiement en 3 fois avec mes clients, 30% au début, 30% au milieu, 40% en fin de projet. » Vous paraîtrez poli, sans donner aucune raison.
  • Je voulais juste clarifier…
    Parfois on entend des arguments ou des demandes tellement stupides ou abusées que vous savez qu’un assaut frontal démarrerait un combat. Les gens ont tendance a persévérer et signer quand ils sont challengés, peu importe s’ils ont tord. En clarifiant ce que l’autre vous dit, vous mettez en lumière le problème, et lui offrez un chemin pour sauver la face.
  • Merci
    Ce mot est magique, dire merci fait du bien. Ça rend tout le monde plus coopératif, ça donne envie de s’investir, et ça donne envie aux autres de dire merci.

Tu as envie d’en apprendre plus sur les techniques de persuasion? Je te recommande: Pre-Suasion: A Revolutionary Way to Influence and Persuade, de Robert Cialdini.

Mots de fin

On le voit dans les annonces de missions freelance, les compétences douces sont de plus en plus demandé explicitement. Ce sont les compétences permettant de bien travailler avec les autres.

Apprenez à construire un meilleur business long terme
et une vie selon vos termes:


Vous avez aimé cet article? En voici un autre:

Comment tarifer vos services freelance comme un pro ?