1 conseil/semaine où je vous apprends à construire un business individuel résilient et maintenable

J'aide les freelances et solopreneurs aspirants ou établis. Inscrivez-vous, c’est gratuit. Je partage mes expériences, mes recommandations. Garanti sans spam ajouté.

4 raisons décisives pourquoi votre entreprise ne marche pas


Publié le 8 août 2016

Parfois on fait plein de choses biens, sauf des ventes salvatrices... on est pas non plus sur la mauvaise route. Parfois il y a évidence que le business ne pourra juste jamais faire assez de profit... C'est compliqué le business. Surtout quand ça marche pas. Vous acquiescerez.

Vous allez me dire « mais qui il est pour me dire les raisons pourquoi mon entreprise ne marche pas? ». C’est vrai, j’ai un succès modéré. J’arrive juste à vivre de mes activités freelance. Certains de mes mois sont même carrément vides de clients.

Ma réponse serait: J’ai 5 ans d’expérience entrepreneuriale. Quelques produits d’information vendus. Des produits invendus. Un peu de consulting. Un business de designer freelance qui fonctionne. Et une centaine de livres business que j’ai lus.

Déjà les conseils que je vais vous donner ne s’appliquent pas qu’au freelancing, mais au business en général. Deuxièmement, pourquoi votre entreprise ne marche pas pourrait être nuancé, cependant ces 4 raisons là sont clairement décisives, majeures. C’est juste fondamentale.

Par exemple, moi j’ai longtemps eu du mal en business pour une raison que je refusais de voir, et nous allons commencer tout de suite avec cette première raison là justement.

4

1. Vous ne mettez pas assez votre peau en jeu

Autrement dit, vous avez la frousse d’aller pitcher à des clients vos services ou produits. Vous avez peur de l’échec. Et comme vous avez peur d’y aller, vous n’apprenez pas.

J’étais comme ça. J’ai toujours beaucoup crée, par contre j’ai longtemps était trop passif en vente. Je pensais que les gens verraient mon blog, et qu’ils demanderaient avec le désir transpirant par les pores de leur peau de travailler avec moi. Si vous êtes comme ça aussi, je vous le dit, vous allez attendre longtemps, très longtemps.

En business il y a les rejets, des deals échouent, le feeling n’y ait pas, vous êtes ignoré, oublié. C’est beaucoup de temps investi. Un temps investi à rentabiliser. Et plus les résultats sont longs à venir, moins vous avez envie d’y aller.

Tous les entrepreneurs débutants ont peur de la vente. Pourtant, après une période d’adaptation, on se rend compte qu’il n’y jamais mort d’homme (ou de femme).

Votre peur d’y aller vous empêche d’apprendre et de vous désensibiliser à la vente.

Mouillez-vous plus.

Non, juste contacter une personne par ci par là dans la semaine ne suffira pas. Il faut en contacter beaucoup plus.

Par exemple, contactez 5-10 personnes chaque matin. L’après-midi essayez de comprendre pourquoi ça ne fonctionne pas, raffinez votre pitch, changez votre approche, le type de client. Réseautez. Relancez les gens (la magie de la relance!). Sur 20 personnes vous vendrez 2 ou 3 services coachings ou services design ou que sais-je ce que vous vendez.

Il faut donc des leads business en quantité pour s’assurer de s’en sortir mois après mois. Désensibilisez-vous à la vente, sinon c’est vraiment handicapant.

Lecture recommandée: 6 hacks de cerveau pour dépasser la peur

2. Pas assez de valeur ajoutée

Votre entreprise ne marche pas peut-être parce que vous ne délivrez tout bêtement pas assez de valeur. Vous ne pouvez pas non plus être juste une commodité, et espérer que votre activité va prospérer.

Je pense à tous ces gens qui se mettent à vendre des sites web comme s’ils vendaient des t-shirts, et qui reprennent un thème premium WordPress, qui font un peu de drag and drop, quelques petites modifications images et textes, et qui vendent ça à des prix qui ne peuvent jamais être bien élevés. Au mieux vous arrivez à vivoter avec cette approche. Mais vous êtes une sorte de commodité. Puis vous ne progressez pas.

Il faut investir temps et efforts dans le développement de compétences, apprendre de nouvelles choses. Nous ne pouvons plus être moyen dans ce monde.

Avant d’être bon à quelque chose et de délivrer vraiment de la valeur ajoutée, il faut consacrer de longues période de focalisation profonde. Des heures et des heures à laborieusement à développer vos compétences. Ainsi, après, il devient plus facile de réutiliser la compétence apprise, donc de délivrer plus de valeur en moins de temps, et être mieux payé.

Et si vous êtes capable de vous focaliser profondément durant 3-4 heures par ci par là pour apprendre, développer vos compétences, cela vous fait un bel atout dans un monde où les distractions sont omniprésentes pour tous.

Lecture recommandée: 12 manières d’avoir plus de valeur ajoutée pour vos clients

3. Peu d’utilité, pas de douleur enlevée, pas d’urgence à acheter

Vous êtes en business, donc c’est que vous avez une proposition de valeur que vous faites aux gens. Et ça tombe dans ces 3 catégories (qui peuvent être mixés ensemble) l’utilité, de l’inspiration, ou du divertissement.

Un business qui a une solide fondation et qui va donc pouvoir prospérer est basé sur une obsession à résoudre un problème. La question est: comment vous déterminez quel problème sur lesquels vous focaliser, et lesquels laisser de côté?

Un business qui fait du profit est basé sur 3 facteurs:

  1. L’utilité
  2. La douleur à enlever
  3. L’urgence à résoudre le problème

Les entrepreneurs cherchent des problèmes qui requiert un produit « qu’il est nécessaire d’avoir », pas des produits « cools à avoir ». Des produits qui résolvent des problèmes profonds, pas des produits de divertissement ou de luxe pour ceux qui ont de l’argent qui déborde de leur compte en banque.

Ensuite il y a le niveau de douleur. S’ils ont une douleur, et que vous pouvez la faire disparaitre, vous n’allez pas avoir besoin de les convaincre bien longtemps, ils seront rapides à embrasser votre idée.

Enfin, si vous offrez de résoudre un problème ou de combler un besoin pour lequel il n’y pas d’urgence ou de demande immédiate, ça réduit la cadence de votre succès. Vous ferez peut-être quelque vente par ci par là, mais rien qui vous créera un business prospère. L’urgence cela donne de la vitesse au succès de votre business.

D’ailleurs c’est aussi pour ça qu’on voit souvent des offres business avec une durée limitée de quelques jours. Pour créer de l’urgence et le risque de manquer une bonne offre définitivement. Sinon les gens peuvent se disent « je verrai plus tard » — et ils vous oublient, ou achètent ailleurs.

Si votre entreprise ne marche pas, c’est peut-être parce que ces 3 éléments ne sont pas assez présents dans votre manière de faire du business.

Lecture recommandée: les 5 conducteurs humain en business

4. Votre brand ne fait pas vibrer

Nous avons tous un brand. Même si vous n’avez pas fait d’effort particulier pour construire une brand, vous en avez une.

Si je regarde tous les gens qui m’ont embauché — que ce soit des agences, ou des entrepreneurs indépendants — tous m’ont choisi car il y avait une sorte d’affinité de style, de valeur, culturelle.

Si vous n’attirez pas les clients que vous aimez, pire que les gens ne veulent pas travailler avec vous, c’est peut-être qu’il vous faut créer une brand attirante. Créer une brand intentionnellement cette fois, plus proche de qui vous êtes vraiment. Une brand vous permet de sortir de la masse est d’attirer les bonnes personnes à vous, et de rejeter le reste.

Vous avez besoin d’arriver à créer cet effet de nette attraction de qui vous voulez et la répulsion de qui vous ne voulez pas. Faire vibrer, ou repousser. Mais pas être banal.

Devenez une brand avec laquelle les gens et entreprises sont attirés d’associer leur propre brand. Montrez comment ça peut être plaisant de travailler avec vous. N’ayez pas peur d’être vraiment vous, sinon vous allez attirer des gens avec qui vous n’aimez pas travailler.

Lecture recommandée: 3 parts critiques pour faire votre branding

C’est tout pour aujourd’hui. J’espère que ces 4 leçons t’ont aidé. Ce sont 4 leçons majeures pour avoir un business profitable mois après mois.


Vous avez aimé cet article? Ici, un autre:

L’approche top 1% spécialiste vs. top 25% sur 2-3 compétences pour créer une activité pérenne