1 conseil/semaine où je vous apprends à construire un business individuel résilient et maintenable

J'aide les freelances et solopreneurs aspirants ou établis. Inscrivez-vous, c’est gratuit. Je partage mes expériences, mes recommandations. Garanti sans spam ajouté.

10 puissantes leçons que j’ai aimé tirées de « Tools of Titans »


Publié le 21 février 2017

Tim Ferriss a interviewé 200 tops performers mondiaux. Son podcast est le plus populaire du monde avec 60 millions de téléchargement. Dans son livre Tools of Titans il distille des leçons tirées de ses interviews, ses propres leçons aussi. Certaines m’ont particulièrement plu.

Je parlais dans mon dernier article que je considère Tim Ferriss comme un de mes mentors

Tim Ferriss a crée le même genre de vie que moi (à un degré de succès différent), il a crée sa propre plateforme web, et construit une vie et un business autour. J’aime bien Tim Ferriss car c’est quelqu’un qui a mis la priorité sur le design de sa vie et sa qualité de vie, il valorise plus les plaisirs simples de la vie que toutes les opportunités business qu’il peut avoir.

Il a bien raison, après tout à quoi ça sert de gagner 2 fois plus si vous êtes hyper stressé et incapable de profiter de votre vie?

Il a récemment publié un nouveau livre, Tools of Titans, que j’ai lu complètement absorbé dedans. Il a interviewé plus de 200 performers de classe mondiale, des CEO, des investisseurs, des Ph.D, des gens comme Arnold Schwarzenegger, Jamie Fox, Kevin Costner, Peter Thiel, Reid Hoffman.

10

Il y a énormément de leçons de valeur dans son livre, je voulais en partager 10 qui m’ont plus plu ou marqué que les autres.

1. Votre routine matinale définie le succès de votre journée

J’ai toujours fait attention à ma routine matinale. Je sais que les 2-3 premières heures de ma journée définissent le ton du reste ma journée. À mesure que la journée défile vous avez moins de volonté, vos capacités cognitives s’épuisent, vous avez plus de chances d’être pris dans distractions, emails, téléphone, et c’est comme ça que vous arrivez à 20 heures le soir en étant passé à côté de votre journée.

Voici les 5 rituels matinaux de Tim Ferriss:

  1. Faire son lit (3minutes) Ça vous donne le sentiment d’avoir accomplis une petite chose. Que les petites choses comptes. Ça vous donne ce petit momentum pour enclencher sur autre chose à accomplir.
  2. Méditer (10-20minutes)
  3. Faire 5-10 pompes ou autre (1 minute)
  4. Préparer un Titanium Tea comme il appelle çà. Un mélange de différents thés. Il prends aussi un shake de protéines avec divers ingrédients.
  5. 5 minutes journal (5-10minutes). Chaque matin il écrit 5-10 minutes sur des choses pour lesquelles il a de la gratitude, ce qui le préoccupe, sur ce qu’il devrait faire aujourd’hui, sur quoi se focaliser aujourd’hui. Il dit que l’aide énormément à gagner en clarté pour le reste de journée.

Tim Ferriss dit que s’il arrive à faire au moins 3 des choses de sa routine matinale, le reste de sa journée a bien plus de chances de bien se dérouler. S’il fait 5 choses, ça fait généralement de sa journée un homerun.

Voici comment je démarre ma journée:

  1. Faire mon lit.
  2. Un grand verre d’au (1 minute) Pour réveiller mon organisme.
  3. 3 fois par semaine, du sport à 7h20. À 9 heures je suis rentré chez moi. Si je fais pas de sport, je me lève à 8 heures.
    Un shake de protéines comme petit déjeuner. (5 minutes) Dedans 50g de protéines, 1/4 de litre de lait de coco, 3/4 de lait d’amandes, une grosse culière d’huile de coco, et un petit splash de Cappuccino Nescafé désydraté. Puis je mange un fruit, une banane généralement.
  4. Visualiser ma journée et m’inspirer (10-20minutes) Je revois ma liste des 2-3 tâches importantes de ma journée (écrite la vielle). Je visualise le déroulement, le résultat. Puis je surf aussi un peu sur internet pour lire l’actualité, et m’inspirer. Je trouve trop difficile de directement plonger dans le travail.
  5. Puis je commence mon travail. Si j’accomplis juste 1 tâche importante, c’est bon, j’arrive à midi j’ai gagné ma journée.

2. Les astuces de productivité

Tim Ferriss parle du mythe à propos des gens qui ont du succès. On les imagines comme des super héros. Tim Ferriss dit que lui aussi a de mauvais jours, ou mêmes des périodes de plusieurs semaines de doutes, de dysfonctionnements. A passer 1 heure sur YouTube à regarder des vidéos alors qu’il a plus important à faire. À dormir 1 à 3 heures de plus. À vouloir tout donner pour partir s’installer à Montreal, Seville, ou en Islande.

Pour avancer dans sa vie, pas besoin d’être un super héros. Déjà ne visez pas à faire plus de 3-5 choses de votre journée. Si vous avez 10 choses à faire, vous pouvez être certain que rien ne sera fait à la fin de la journée. Ensuite, demandez-vous laquelle de ces 3-5 choses à faire sera la plus satisfaisante. Qu’est-ce qui est le moins important? Qu’est-ce qui si accomplis rendra le reste de votre journée plus facile, plus pertinent?

Puis bloquez un 2-3 heures interrompues par jour pour produire.

Chez moi ces 2-3 heures ça va correspondre à écrire une proposition commerciale pour un potentiel client, ou écrire 1 article (même pas l’éditer), ou coder 1 page pour un client, pitcher mes services à 3-4 entreprises (et essayer d’avoir juste 1 lead business). Si je réussi juste 1 seule de ces choses, j’arrête de travailler vers 19-20 heures serein, j’ai fait de ma journée une victoire.

Ça demande une vraie discipline de bloquer 2-3 heures de la journée, ininterrompues, focalisé sur UNE SEULE tâche. Sans 10 minutes par ci par là d’emails, de téléphone, ou de médias sociaux.

2. Peu importe votre planning, faites du sport

Tim Ferriss a fait du sport chaque jour, c’est non-négociable chaque jour. Peu importe les opportunités business.

Moi aussi j’ai toujours fait du sport depuis 8 ans. Peu importe ma charge de travail pour mes clients dans mon activité freelance, je vais commence ma journée par du sport, 3 fois par semaine. L’exercice physique vous apporte tellement, en énergie, en qualité de vie, ça boost même vos capacités cognitives je trouve. Au final, vous devenez meilleur pour votre entreprise.

Puis quand je fais du sport, peu importe si le reste de votre journée a été catastrophique, au moins j’ai fait de l’exercice physique, c’est une journée victorieuse.

3. Apprenez à dire non

On ne voit rien manquer comme opportunités, on est tenté d’aller au Salon des Entrepreneurs, d’accepter cette opportunité pour peu plus de visibilité, d’aller à ces meetings, d’accepter ce projet client de plusieurs mois alors que c’est pas du tout le genre de projet dont vous voulez plus dans le futur, ect… À ne pas savoir dire non, vous devenez un joueur de seconde ligue. Vous foirez ce qui était important pour vous. Peut-être que votre vraie priorité c’était de doubler votre chiffre d’affaire cette année.

Tim Ferriss refuse quantité de meetings avec des startups le matin, pour préférer faire du sport. Il a même arrêté d’investir dans les startups, car sa vie devenait trop stressante. Il pourrait gagner 10 fois plus que ce qu’il gagne, mais il préfère fixer la priorité sur ce qui est important pour lui, sa qualité de vie, et ses interviews en podcasts.

« Dès que vous atteignez un décent niveau de succès professionnel, le manque d’opportunités ne va pas vous tuer. C’est vous noyer dans ces engagement « plutôt cool » qui fera sombrer votre navire. » —Tim Ferriss

4. Conseil carrière pour faire quelque chose d’extraordinaire

Tim Ferriss interviewait Scott Adams. Un cartoonist, c’est le créateur de Dilbert. Un cartoon sur l’univers du business et de l’entreprise. Scott Adams donne un des meilleurs conseils carrière que j’ai lu. Il dit qu’il y a 2 chemins:

  • Devenez le meilleur à une chose spécifique.
  • Devenez très bon (top 25%) à 2 ou 3 choses.

La première stratégie est difficile, voire quasi impossible. Il dit qu’une infime quantité de gens joueront un jour en NBA, ou deviendront star de cinéma. Mais vous pouvez par exemple devenir spécialiste du codage d’apps mobiles en React Native.Devenez très bon à ça, vous gagnerez très bien votre vie et ne manquerez jamais de clients. C’est la même philosophie de spécialisation.

Le deuxième chemin est plus facile, il s’agit de combiner 2-3 compétences. Tout le monde peut être dans le top 25% avec quelque efforts.

Scott Adams dit que rares sont les gens qui comme lui arrivent à la fois à bien dessiner et faire des blagues. En rajoutant son passé en business, d’un coup il avait un formidable sujet que très peu de cartoonistes pouvaient espérer comprendre sans le vivre eux-même.

La première des 2-3 compétences devrait être une compétence de communication, orale ou écrite. Ou de savoir mieux vendre que 75% des gens. Ajoutez à ça une deuxième compétence qui est votre passion où vous mettez les efforts pour être dans le top 25%. Disons codeur. Si vous avez une troisième compétence, comme le business ou savoir parler en public, développez ça aussi.

Pas besoin que vous soyez le meilleur. Vous devenez rare en combinant 2-3 compétences plutôt bonnes jusqu’à ce que personne n’est votre combinaison. Et le capitalisme récompense ce qui est rare et de valeur.

5. Avoir une vision très claire d’où vous voulez aller

J’avais parlé de comment créer une vision claire dans un guide assez complet. Beaucoup de gens n’ont qu’une vision vague d’où ils veulent aller. Je crois que ça peut se comprendre, on découvre mieux ce qu’on veut à mesure qu’on avance aussi.

Tim Ferriss fait référence à Arnold Schwarzenegger qui lui parle de l’importance de la vision. Il dit que quand vous avez une vision très claire d’où vous voulez aller, alors le reste devient bien plus facile. Arnold Schwarzenegger se voyait déjà adolescent sur le podium, avec le trophée, ses muscles, et tous les autres compétiteurs derrière lui en train de l’applaudir.

« Une fois que vous avez la vision très claire d’où vous voulez aller, tout le reste est plus facile. » — Arnold Schwarzenegger

6. Ne vous comportez pas comme un âne

Tim Ferriss demande à Derek Siver quel conseil il donnerait à lui-même à 30 ans. Il lui dit ne sois pas un âne. Ne sois pas comme tous ces gens de 30 ans qui essayent de poursuivre plein de choses en même temps, mais qui ne font pas de progrès. Ils sont frustré car le monde leur demande choisir une seule chose, mais ils veulent faire toutes les choses.

Derek raconte la fable de l’âne qui est à moitié chemin entre l’eau et le foin. Il regarde constamment à droite et à gauche, et est incapable de se décider. Finalement il s’écroule et meurt de faim et de soif. Un âne ne peut pas penser au futur. S’il l’avait pu, il aurait réalisé qu’il avait le temps de clairement aller d’abord boire l’eau, puis ensuite d’aller manger le foin.

J’étais comme ça il y a 5 ans. Au chômage, je voulais à la fois gagner ma vie avec des produits, faire du consulting, mais aussi être designer et développeur freelance, tout ça en bloguant aussi 2 fois par semaine. Après 3 ans je n’avais rencontré pas vraiment de succès dans aucun de mes projets. J’étais toujours sans argent. J’ai vécu une période compliquée.

C’est à ce moment que j’ai mis le focus sur le design et développement web freelance. 2 ans plus tard, je vis de mon activité freelance, j’ai 35 ans, et j’ai encore du temps devant moi pour réaliser d’autres choses.

7. Chercher à tout maximiser en vaut-il bien la peine?

Encore une leçon de Derek Siver. Derek habitait en bord de plage à Santa Monica près de Los Angeles. Il avait souvent un chemin à faire en vélo sur la voie cyclable pour rejoindre sa maison. Il remarqua que ça lui prenait toujours 43 minutes. C’était le plus rapide qu’il pouvait aller. Il arrivait chez lui essoufflé, la tête toute rouge.

Puis une jour il pris le temps d’apprécier le chemin, de contempler la plage, l’horizon, les oiseaux qui volent. C’était plaisant. Il est arrivé chez lui en 45 minutes, sans la tête toute rouge, sans être essoufflé. 45 minutes! Seulement 2 minutes de plus, il n’y croyait pas. Ça changé sa vie.

Ça lui a fait prendre conscience que vivre dans le stress, à toujours maximiser chaque minute, chercher à gagner le maximum d’argent, ça n’en vaut pas la peine.

J’ai pensé à mon activité freelance et les 70 heures par semaine que j’ai souvent faites. Au début c’était nécéssaire, je devais lancer mon activité. Mais maintenant, est-ce que ça en vaut bien la peine?

8. Qu’est-ce que vos croyances qui vous coûtent?

J’ai une sorte de croyance limitante dont je pense m’être débarrassé, c’est qu’il ne fallait pas trop demander d’argent, c’était mal, même si vous délivrer la valeur associée. Je comparais ce que je pouvais gagner maintenant par rapport à mon salaire dans mon ancien job de salarié, quand j’étais conducteur de bus il y a 5-6 ans.

Tim Ferriss avait un croyance limitante, c’est qu’il n’était pas fait pour le bonheur. Il a fait un gros travail sur lui-même pour remplacer cette croyance par « Le bonheur est mon état naturel ». En 3-4 semaines il dit qu’il a vu sa vie une grosse phase de changement dans sa vie.

Parfois il est l’heure de prendre une pause temporaire et de nettoyer votre jardin des mauvaises herbes, qui une fois enlevés rendront votre vie meilleure et plus facile. C’est incroyable ce qui peut arriver quand vous arrêtez d’avancer avec le frein à main.

9. Votre pire scénario est-il si horrible?

J’ai bien aimé cette leçon de Kevin Kelly (Fondateur du magazine Wired). Kevin Kelly était un grand voyageur durant sa jeunesse, fauché.

Il dit, qu’il était ultra minimaliste, qu’il se contentait de très peu pour vivre. Cela lui donnait la confiance pour prendre des risques. Il se disait que pire qu’il puise lui arriver, c’était qu’il se retrouve à dormir dehors, avec son sac de couchage, et à manger son bol d’avoine. Et il s’en sortirait.

J’ai aussi comme philosophie le minimalisme. J’ai un appartement, peu de possessions, peu de frais, je consomme peu, et je suis heureux comme ça. Ce qu’il y a de génial c’est que je sais que demain, si je veux, je peux partir à l’autre bout du monde, ou partir travailler sur un autre projet à l’autre bout de la France. J’ai besoin d’un train de vie peu cher, si j’ai un mauvais mois, ça ne sera pas forcément dramatique.

Une fois que vous connaissez votre scénario du pire, et que ça irait, ça vous donne la confiance pour prendre plus de risques dans la vie et en business.

10. Vous gagnez votre liberté par le travail

Vous ne gagnez pas votre liberté en partant sur un coup de tête en voyage. Vous gagnez votre liberté par le travail.

Le travail est un temps pour rêver de voyage et vous écrire des notes. Le travail est comment vous réglez votre dette émotionnelle et financière — pour qu’ainsi vos voyages ne soient pas un échappatoire de votre vraie vie, mais une découverte de votre vraie vie. À force de travail vous en arrivez à faire ce que vous voulez chaque jour. C’est ça le succès, pouvoir faire ce que vous voulez chaque jour.


Vous avez aimé cet article? Ici, un autre:

L’approche top 1% spécialiste vs. top 25% sur 2-3 compétences pour créer une activité pérenne