1 conseil/semaine
pour construire
un business toujours meilleur

J’aide les freelances et indépendants à construire un solide business long terme et créer une vie selon leurs termes. Abonnez-vous!

10 étapes difficiles pour devenir votre propre patron et gagner à votre vie

Publié le 27 septembre 2016 / Écrit par Julien Lucas

A

ujourd’hui je me suis mon propre patron, pour arriver là j’ai eu un parcours tortueux.

J’ai 35 ans. Jusqu’à mes 30 ans j’ai fait des divers petits jobs. Puis j’ai obtenu une place en CDI, dans un job peu qualifié. Puis j’ai été licencié. Je me suis retrouvé au chômage. Je n’avais pas même le bac, et je m’étais mis en tête de devenir mon propre patron. Aujourd’hui, je suis designer et développeur freelance.

Tu imagines bien qu’entre le moment ou je me suis fait licencier, non diplômé et maintenant, j’ai pas mal évolué. Dans cet article je te donne ma version de comment devenir ton propre patron.

10

Je pense qu’aujourd’hui être son propre patron, ce n’est pas seulement avoir son business, ça peut être aussi tirer son épingle du jeu avec les différentes formes de travail (un peu de salariat, missions indépendantes, utiliser de plateformes pour générer de l’argent), pour au final faire avancer ses propres projets et contrôler sa vie.

Au final être son propre boss, c’est surtout un état d’esprit, une attitude envers la vie.

1. Votre avez la volonté d’êtres un homme (ou femme) libre

J’aime bien cette citation qui dit que 97% des gens sont embauché par les 3% qui n’ont jamais abandonné. Je pense que les chiffres ne sont plus exactes, et ça devient plus nuancé que ça. Mais dans l’idée c’est juste.

En fait, tout est question de volonté. Il y a plein de moments anodins (enfin pas si anodins), où notre volonté est testé.

Est-ce que vous voulez vraiment être votre propre patron? Ça va signifier des week end et des matins à travailler sur votre projets, ça va être prendre moins de vacances, ça va être ne pas suivre le sens du courant, ect… si vous faites comme tout le monde, vous serez comme tout le monde, parmi les 97%.

Quand on est déterminé à être libre, on trouve les moyens.

2. Accepter la responsabilité de ce qui vous arrive

Le monde n’est pas juste, et bien des choses dans notre quotidien sont difficiles à digérer.

Quand on travail sur soi-même pour devenir meilleur, apporter plus de valeur aux autres, qu’on assume les échecs, qu’on prend la responsabilité de la merde que la vie peut nous envoyer certains jours, qu’on accepte comment fonctionne le monde, on s’en sort au mieux que la personne qui n’accepte pas les responsabilités.

3. Vous êtes très compétitif

Vous travaillez dur. Vous êtes passionné par ce que vous faites. Vous êtes créatif. Vous voulez être le meilleur. Vous aimez batailler. Pour vous la compétition est un jeu. Vous le faites en tirant les autres à faire mieux. Mais vous ne voulez pas qu’ils fassent mieux que vous.

Vous aimez cette compétition. Vous aimez être dans la course de ceux qui changent le monde.

4. Vivre en dessous de vos moyens et vous priver tout le temps qu’il faudra

Pour devenir votre propre patron, il faut mettre un sérieux frein sur la consommation. L’argent est mieux sur votre compte en banque plutôt que le dépenser pour acheter un énième iPhone dont vous n’aviez même pas besoin.

Depuis 5 ans je consomme très peu. Essentiellement des livres. Je te cache pas que j’aimerais vivre un peu plus d’expériences, voyager un peu par exemple. Ça arrivera probablement. Mais quand tu es quelqu’un qui aime créer, peu consommer et vivre de peu ne te gène pas.

Mais l’objectif en devenant son propre patron, c’est aussi d’atteindre la prospérité (ce qui ne veut pas dire gagner des millions non plus). Il faut arriver à vendre plus, ou plus cher, ou les deux. Car si pour rester 10 ans à survivre, autant redevenir employé dans un job bien qualifié et bien gagner sa vie.

5. Vous cherchez à devenir inemployable

Je crois que c’est la chose plus difficile pour devenir son propre patron.

Tu mènes ta propre barque. Il y a la solitude. Tu ne sais jamais vraiment de quoi demain sera fait. Il y a le constant besoin de s’auto-motiver. Il y a les hauts et les bas de l’activité. Des mois où vous avez l’impression d’être le roi du pétrole, des mois sans client.

C’est tellement agréable d’avoir un bon petit paquet d’argent qui tombe de manière sur chaque mois. De ne pas avoir à chercher des clients. De savoir que chaque année vous allez gagner 25.000, 30.000, ou 35.000 €, ou plus, de manière certaine. Durant plusieurs années. Avec ce flux stable de revenu vous pouvez épargner, vous pouvez acheter un appartement. Voire en acheter un deuxième. Si vous perdez votre job, vous avez droit au chômage. C’est le grand luxe le salariat de ce coté là.

Il faut de l’insouciance et être très positif pour être freelance ou indépendant.

6. Vous diversifiez

Il y a quelque temps j’avais peur de devenir inemployable. Inemployable dans le mauvais sens du terme.

Il y a la bonne et la mauvaise inemployabilité:

  • Il y a l’inemployable car vous n’apportez aucune valeur. Genre vous vous l’êtes coulé douce durant des années et n’avez pas grand chose à apporter au marché.
  • Il y a l’inemployable car impossible à intégrer dans une équipe de par son mauvais comportement nuisible.
  • Et il y a l’inemployable car n’a pas besoin d’un emploi. Soit il a une rente. Soit il s’est extirpé de ce système de patron/salarié en créant son propre business profitable.

Vous avez à devenir inemployable dans le bon sens du terme: être assez fort avec vos propres affaires.

7. Vous diversifiez

Le monde change constamment. Vous ne savez pas si demain votre business sera mort parce qu’un algorithme sur lequel reposait votre business a détruit votre visibilité.

Je crois que vous ne devez jamais arrêter d’entretenir et développer votre réseau. Ça me parait vraiment capital pour être votre propre patron. Vous ne devriez pas abandonner d’avoir une sorte de spécialité qui délivre de la valeur sous prétexte que vous poursuivez des projets entrepreneuriaux en utilisant toutes sortes de technologies biens pratiques.

Quelqu’un qui poursuit ses propres projets doit conserver une grande employabilité. Exemple: sachez (bien) coder. Il y aura toujours des gens ravis de embaucher.

Diversifiez pour ne pas avoir besoin de supplier les autres pour qu’on vous donne du travail, ayez diverses options, diverses opportunités, divers types de clients.

Paradoxalement, il y a des patrons qui sont patron, mais tellement dépendants de leurs employés qu’ils sont incapables de s’en sortir sans eux. Je trouve que c’est pas être son propre patron ça.

8. Vous acceptez de ne pouvoir tout avoir

Clairement si pour voulez exceller à ce que vous faites pour être votre propre patron, oubliez l’équilibre travail-vie.

Vous ne pouvez pas exceller à la fois dans l’aspect famille, amis, travail et santé. J’en parlé dans mon article sur la théorie des quatre bruleurs. La vie est faite de compromis.

9. Vous influez pour créer des circonstances favorables

Vous n’attendez pas que les circonstances favorables arrivent, vous influez pour créer les circonstances. Vous réseautez. Vous créez du contenu. Vous vous faites connaître. Vous proposez des idées. Vous suggérez des options intéressantes aux autres en leur montrant ce que vous pouvez apporter. Vous amenez les autres à prendre des dispositions qui peuvent vous bénéficier, tout en ce qu’ils soient gagnant aussi.

10. Vous influez pour créer des circonstances favorables

Pendant longtemps j’ai eu comme principale motivation de devenir mon propre patron pour ne pas avoir de patron. Cette motivation ne vous amène pas bien loin. C’est bon, vous êtes votre propre patron, ça y est, pour de vrai. Maintenant vous faites quoi?

Puis si tu n’as pas de patron, tu as des comptes à rendre à tes clients, tu as des taxes à payer.

Je crois que votre motivation principale doit être une sincère et profonde envie d’aider les autres, d‘améliorer leur vie, leur quotidien. C’est cette mentalité d’aider sincèrement les autres qui fait passer votre business au niveau supérieur.

Être son propre patron n’est jamais acquis définitivement.

Apprenez à construire un meilleur business long terme
et une vie selon vos termes:


Vous avez aimé cet article? En voici un autre:

10 puissantes leçons que j’ai aimé tirées de « Tools of Titans »